La Voix Pop

Posté par 3meuu le 17 décembre 2014

ACCUEIL > NOUVELLES

Rideau sur le festival Longue vue sur le court

  |    Article rédigé par journalmetro.com

Le cocktail de lancement du festival Longue vue sur le court a réuni le maire Benoit Dorais, le comédien Danny Gilmore, Benoit Desjardins, directeur artistique de l'événement, et Martin Philippe Côté, agent culturel à la maison de la culture Marie-Uguay.
photo : Aurélie Giordano / Collaboration spéciale

La première édition du Festival international de courts métrages du Sud-Ouest de Montréal, Longue vue sur le court, a pris fin dimanche avec la remise des prix.

Le film «Avant que de tout perdre», du français Xavier Legrand, s’est illustré en remportant deux prix. Il a reçu le Prix du meilleur court métrage international et le Prix du public aîné.

Le film «Je ne suis pas un grand acteur», de Jean-Guillaume Bastien, a obtenu le Prix Vision Globale décerné au meilleur court métrage québécois.

Le Prix Ciné Pool remis pour la meilleure réalisation d’un court métrage québécois a été attribué à Charles Gervais pour son film «Collisions».

La Mention spéciale pour un court métrage international a été remise à «Chamomile» de Neritan Zinxhiria (Grèce-Albanie).

«Anatomie», de Patrick Bossé, est reparti avec le Prix spécial du jury – le Prix Inis –, tandis que «Bec de lièvre», de Louis Bélanger, a obtenu la Mention spéciale du jury.

Prix du public


La Mention spéciale du public aîné a été attribuée à «Electric Indigo» de Jean-Julien Collette (Belgique).

«Pony Place», de Joost Reijmers (Pays Bas), a reçu le Prix du public adulte alors que la Mention spéciale du public adulte a été décernée à «Petit frère» de Rémi St-Michel.

«Où je mets ma pudeur», de Sébastien Bailly (France), a été couronné du Prix du public jeune tandis que la Mention spéciale du public jeune a été attribuée à «Chaque jour est une petite vie» de Albane Fioretti et Lou-Brice Léonard (France).

Le festival avait lieu du 27 au 30 novembre à la maison de la culture Marie-Uguay. Les cinéphiles ont eu droit à 43 films en compétition et 3 hors compétition provenant de 11 pays.

Le jury professionnel était présidé par le chroniqueur de cinéma Michel Coulombe.

Public au rendez-vous


Alors que les organisateurs n’ont pas fini d’additionner les chiffres quant à la fréquentation, on peut déjà dire que le public était au rendez-vous. Les films ont été projetés dans des salles remplies. Plus de 230 personnes ont pris part à la seule soirée d’ouverture.

«Pour une première édition, c’est au-delà de mes espérances», a confié l’instigateur et directeur artistique du festival, le cinéaste Benoit Desjardins. Un succès qui laisse présager une seconde édition. «Ça augure bien», a-t-il indiqué.

«Nous avons assisté à une compétition enlevante. Ce premier festival fut un véritable succès», a souligné le maire de l’arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais. «Nous ne pouvons que souhaiter une seconde édition dès l’automne prochain.»

«Ce genre d’événement nous permet de constater à quel point cette nouvelle génération de cinéastes déborde de talent», a commenté la conseillère municipale Anne-Marie Sigouin.


ici.radio-canada.ca

Posté par 3meuu le 17 décembre 2014

ACCUEIL > NOUVELLES

Change ta ville : voir des courts métrages, animer le Sud-Ouest

Le jeudi 27 novembre 2014   |    Article rédigé par ici.radio-canada.ca

Le festival Longue vue sur le court est née du désir de Benoit Desjardins d'animer son quartier     Photo : Radio-Canada/Étienne Leblanc

En mettant sur pied le festival Longue vue sur le court, Benoit Desjardins espère changer la dynamique du quartier que sa famille habite depuis des générations : Ville-Émard. Étienne Leblanc l'a rencontré pour sa chronique « Change ta ville ».
 
En rappelant les belles années de la rue Monk, M. Desjardins soupire : « Je pense qu'on ne peut pas aller plus creux que ça. Il explique que ce qui pourrait être une artère du Sud-Ouest et un lieu de rencontre est entré en léthargie depuis les années 1980.  
 
Cinéaste lui-même, il a mis sur pied ce festival de courts métrages, qui commence jeudi, à la Maison de la culture Marie-Uguay.

Comment le festival cinématographique pourra-t-il changer sa ville? La réponse de M.

AUDIO FIL

Chronique Change ta ville d'Étienne Leblanc : Longue vue sur le court

EN COMPLÉMENT

La programmation de Longue vue sur le court
Site du festival sur Accès culture


JOURNALMETRO.COM

Posté par 3meuu le 28 novembre 2014

ACCUEIL > NOUVELLES

Longue vue sur le court, présenté par Danny Gilmore

Le 26 novembre   |   Natalia Wysocka Métro

Danny Gilmore

Dès jeudi soir, le Sud-Ouest aura une Longue vue sur le court. Danny Gilmore, le porte-parole de ce festival qui en est à sa première édition, assure que ce sera l’événement le plus sympa, chaleureux et intéressant de cette fin de semaine. On aurait du mal à le contredire.

«C’est toujours un plaisir de voir un court métrage avant un long, remarque Danny Gilmore. Je pense qu’il n’y en a pas assez. Ça devrait faire partie de notre culture! De nos mœurs!» Mais avant que cette tradition de «toujours présenter un court avant un long» devienne réalité, l’acteur propose aux mordus de cinéma de faire un tour au festival Longue vue.

Créé par le cinéaste Benoit Desjardins, cet événement «à vocation très inclusive» rassemble une sélection de 46 courts métrages d’ici et d’ailleurs. Dimanche soir, un jury professionnel présidé par le critique de cinéma Michel Coulombe, ainsi que trois jurys du public – un formé d’adolescents, un autre d’adultes et le troisième d’aînés – remettront des prix à leurs œuvres coups de cœur.

En cette ère de Netflix, de plasma et de confort de salon, Gilmore souligne qu’un tel festival est fait pour «sortir de chez nous», «pour aller vivre l’expérience du cinéma sur grand écran en groupe, pour discuter, pour rencontrer les créateurs». Et aussi pour découvrir de nouveaux talents, des signatures inédites. «C’est le fun parce qu’on peut voir que, malgré le jeune âge et malgré le peu de moyens, ces réalisateurs sont réellement des artistes qui ont une démarche», remarque-t-il.

Mais il n’y a pas que des cinéastes de la relève à Longue vue. Le porte-parole lui-même se retrouvera à l’écran samedi soir dans un court signé par un vétéran, à savoir Louis Bélanger. Le film s’intitule Bec de lièvre, a été scénarisé par Gilmore lui-même et est porté par ce dernier ainsi que son amoureuse «dans la vraie vie», Hélène Florent. Au sujet de ce film, Bélanger, sous la direction duquel Gilmore avait joué dans Gaz Bar Blues, aurait dit, de manière très poétique: «On ne fait pas un court métrage. On fait une vue.» Voilà qui résumerait parfaitement l’esprit de ce festival.

Quarante-six films seront présentés dans le cadre de la première édition de Longue vue sur le court. De ce nombre, 24 sont québécois. Parmi eux, Danny Gilmore recommande, entre autres, Mémorable-moi, de Jean-François Asselin, un court présenté vendredi à 19h et à 21h qui, rappelle l’acteur, «a voyagé pas mal» et sur lequel il a «vraiment trippé!»

Rencontres
Parmi les films projetés à Longue vue sur le court, les festivaliers pourront notamment découvrir Bec de lièvre, réalisé par Louis Bélanger et scénarisé par Danny Gilmore. Dans cette œuvre étonnante, qui oscille entre la comédie romantique et le drame, le scénariste-interprète aborde le sujet du VIH. «La question que je voulais poser aux gens, explique l’acteur, c’est qu’est-ce que vous feriez? Qu’est-ce que vous feriez si vous rencontriez quelqu’un, que vous tombiez amoureux, et que vous appreniez qu’il a le VIH? C’est quoi, la décision que vous prendriez?»

Se déroulant surtout de nuit, le récit suit deux inconnus, pas très friands de partys «bière, chips et limbo», qui se rencontrent sur des balcons voisins, au hasard d’un soir (et de deux fêtes) d’Halloween. L’un est déguisé en lapin, l’autre, en hase. «Je voulais montrer qu’on est de la même espèce. Qu’on est une humanité, souligne le scénariste. Je voulais utiliser la symbolique des masques, de deux personnes qui se rencontrent et qui sont un peu faites l’une pour l’autre. Mais à cause de circonstances extraordinaires, on ne sait pas ce qui va se passer entre elles.» La fin, ouverte, n’apporte du reste pas de réponse au déroulement de cette rencontre faite d’étincelles… «En même temps, c’est un peu le choix du spectateur», souligne Gilmore. Vous pourrez faire le vôtre samedi, à 19h, en regardant la projection de Bec de lièvre (et de cinq autres films) à la Maison de la culture Marie-Uguay.


Danny Gilmore et Hélène Florent, amoureux dans Bec de lièvre / Chasseurs Films


HUFFINGTONPOST.CA

Posté par 3meuu le 28 novembre 2014

ACCUEIL > NOUVELLES

«Longue vue sur le court», un nouveau festival de courts métrages

Le 26 novembre   |    | Par Ismaël Houdassine

Le festival Longue vue sur le court inaugure jeudi au Sud-Ouest de Montréal sa première édition composée d’une belle programmation de courts-métrages. Du 27 au 30 novembre, le public est invité à La Maison de la culture Marie-Uguay pour découvrir près de quarante-six œuvres.

Le fondateur de la manifestation, Benoit Desjardins, est lui-même un cinéaste qui a bourlingué un peu partout dans le monde. C’est de retour du festival Un poing c’est court de Vaulx-en-Velin en France qu’il a eu l’idée de mettre en place son propre événement au cœur de l’arrondissement du Sud-Ouest de Montréal, loin du centre-ville.

«Je voulais m’impliquer dans mon quartier, a-t-il lancé en entrevue téléphonique. Je voulais aussi offrir une offre culturelle dans un endroit de la ville qui n’en a pas beaucoup.»

Benoit Desjardins ne croit pas qu’un festival excentré nuirait à son succès. L’important selon lui c’est d’offrir un rendez-vous cinématographique fort tout en proposant une manifestation à échelle humaine.

«On a fait des partenariats avec d’autres festivals à travers le monde pour proposer au public des œuvres importantes et primées. Les gens vont pouvoir découvrir ce qui se fait de mieux dans l’univers du court métrage.»

De plus, le fondateur a voulu sa programmation (24 films québécois et 22 films internationaux provenant de 11 pays) diversifiée capable d’attirer un public curieux.

«On a des films destinés à une clientèle de cinéphiles, mais également des œuvres plus accessibles. C’est important de pouvoir offrir un contenu divertissant qui va permettre à beaucoup de personnes de s’initier au court métrage.»

Le porte-parole, Danny Gilmore, sera sur les lieux pour présenter Bec de lièvre le court métrage qu’il écrit et dont il partage la vedette avec sa compagne Hélène Florent. L’œuvre a été réalisée par Louis Bélanger.

Pour informations, l’ensemble des projections aura lieu dans les deux salles de La Maison de la culture Marie-Uguay (6052, boulevard Monk). Tous les films seront présentés à deux reprises. De plus, le festival organisera des projections et activités scolaires.


La Presse+

Posté par 3meuu le 28 novembre 2014

ACCUEIL > NOUVELLES

LE COURT MÉTRAGE S’INVITE DANS LE SUD-OUEST


Le 27 novembre   |   Cet écran a été partagé à partir de La Presse+

PREMIER COUP D’ŒIL SUR STEALING ALICE

Le peintre et romancier Marc Séguin travaille à la réalisation de son premier long métrage, Stealing Alice, dont les premières images ont été diffusées hier. Filmé notamment à Venise, New York et L’Isle-aux-Grues, le film raconte l’histoire d’une femme (Fanny Mallette) en quête d’amour, de sens, d’identité, de spiritualité. En salle en 2015. — La Presse

LES LOUPS OUVRIRA LES RVCQ

Le long métrage de Sophie Deraspe ouvrira les Rendez-vous du cinéma québécois le 19 février. Ce film raconte l’histoire d’une jeune femme mystérieuse qui débarque dans une île de l’Atlantique Nord. « Ce qui séduit dans Les loups, c’est qu’à l’histoire personnelle du personnage incarné par Évelyne Brochu se superpose le portrait exempt de tout exotisme d’une communauté d’insulaires sur fond d’enjeux sociaux finement abordés », indique Dominique Dugas, directeur des RVCQ.  — André Duchesne,La Presse

LE COURT MÉTRAGE S’INVITE DANS LE SUD-OUEST

Le Québec, la Belgique, le Brésil, la Grèce, la France, le Liban, les Pays-Bas et plusieurs autres nations feront voyager les cinéphiles à l’occasion du premier festival Longue vue sur le court, festival de courts métrages tenu dans l’arrondissement du Sud-Ouest de Montréal.

Ce festival, une idée du scénariste et réalisateur Benoit Desjardins et dont le comédien Danny Gilmore est porte-parole, s’amorce ce soir et a lieu jusqu’à dimanche à la maison de la culture Marie-Uguay, boulevard Monk.

« Pour moi, le court métrage est au cinéma ce que la nouvelle est à la littérature, dit Danny Gilmore en entrevue. Ce n’est pas un sous-genre ! L’an dernier, la Canadienne Alice Munro a remporté le prix Nobel de littérature pour ses nouvelles. 

« Le court métrage a ses propres codes, un langage qui lui est propre. Mais il manque de distribution pour le faire mieux connaître. »

— Danny Gilmore, porte-parole de Longue vue sur le court

Le comédien estime que les jeunes cinéastes québécois sont de très bons ambassadeurs du court métrage, un genre qui est célébré dans plusieurs festivals d’ici, notamment à Regards sur le court au Saguenay. « Les jeunes se sont approprié le genre, dit-il. C’est peut-être l’influence de l’internet. Leur travail est punché, ludique. Ils savent jouer avec la forme, comme Xavier Dolan le fait dans le long métrage. »

PROGRAMMATION COSTAUDE

La programmation de cette première édition du festival donne raison à M. Gilmore. Le Québec y est représenté en force avec quelques primeurs et des œuvres qui, au cours des derniers mois, ont fait leur marque dans différents festivals dans le monde.

Des exemples ? On pourra voir La grange de Caroline Mailloux, Mémorable moi de Jean-François Asselin, Anatomie de Patrick Bossé (avec feu Françoise Gratton), Plage de sable de Marie-Ève Juste, Toutes des connes de François Jaros, Petit frère de Rémi St-Michel, etc.

Danny Gilmore, qui sera sur place durant le festival, est en vedette dans le court métrage Bec de lièvre qu’il a scénarisé et dont la réalisation est signée Louis Bélanger (Gaz Bar Blues). Le film met aussi en vedette Hélène Florent, Myriam LeBlanc, Nico Gagnon et Maria Manakhova.

Lui et Benoit Desjardins sont amis depuis le tournage du court métrage Welcome Yankee dans lequel Gilmore et Noémie Godin-Vigneau partagent la vedette.

Dans la programmation du festival dont il est le directeur artistique, Benoit Desjardins dit qu’en tant que jeune père, il a voulu s’engager à sa façon dans sa communauté. « Longue vue sur le court, c’est l’occasion de célébrer chez nous en voyageant aux quatre coins du monde, écrit-il. C’est aussi une occasion et un lieu de rencontre avec le talent du cinéma d’aujourd’hui et de demain. »

Le festival est compétitif et le jury est présidé par le journaliste et auteur en cinéma Michel Coulombe. La programmation comprend quelques événements spéciaux dont la projection de courts métrages réalisés par des jeunes du quartier ayant participé à un laboratoire créatif.


VOIR.CA

Posté par 3meuu le 27 novembre 2014

ACCUEIL > NOUVELLES

Longue vue sur le court: marathon cinématographique du 27 au 30 novembre

Le 24 novembre   |   par L'équipe web du VOIR

Quarante-six courts métrages d’ici et d’ailleurs sont au programme de la première édition du festival Longue vue sur le court, du 27 au 30 novembre. Toutes les projections auront lieu  à la Maison de la culture Marie-Uguay à Montréal.

Du lot, on retient Bec de lièvre de Louis Bélanger, Plage de Sable de Marie-Eve Juste, Avant que de tout perdre de Xavier Legrand, La tête en bas de Maxime Giroux, Petit frère de Rémy St-Michel et Toutes des connes, de François Jaros.

Tous les films seront présentés à deux reprises (7$ pour la première représentation, 4$ pour la reprise). Les billets sont en vente à la maison de la culture Marie-Uguay (6052 boulevard Monk)et sur le réseau Admission.

On retrouve plus de détails sur la page Facebook de l’événement: facebook.com/Longuevuesurlecourt

Photo : Je ne suis pas un grand acteur de Jean-Guillaume Bastien


LEDEVOIR.COM

Posté par 3meuu le 27 novembre 2014

ACCUEIL > NOUVELLES

Le menu de longue vue sur le court

Le 24 novembre   |   Article rédigé par AGENCE QMI

La toute première édition de Longue vue sur le court, Festival international de courts métrages du sud-ouest de Montréal, se déroulera du 27 au 30 novembre à La Maison de la culture Marie-Uguay. Quarante-huit films seront projetés dans huit programmes compétitifs : québécois, francophones ou internationaux ainsi qu’un programme spécial, avec laboratoires créatifs pour les 16-25 ans.


24HMONTREAL.COM

Posté par 3meuu le 25 novembre 2014

ACCUEIL > NOUVELLES

Le menu de longue vue sur le court

Le 24 novembre   |   Article rédigé par AGENCE QMI

La première édition du Festival Longue vue sur le court projettera 46 courts métrages du 27 au 30 novembre à la Maison de la culture Marie-Uguay de l'arrondissement du Sud-Ouest, à Montréal.

Vingt-quatre films provenant du Québec pourront être découverts à Longue vue sur le court, qui mettra aussi de l'avant 22 propositions issues de 11 pays.

Porte-parole de l'événement, le comédien Danny Gilmore dévoilera lui-même un court métrage, Bec de lièvre, qu'il a écrit et dont il partage la vedette avec sa douce, Hélène Florent. C'est le cinéaste Louis Bélanger qui l'a réalisé.

Le président du jury, Michel Coulombe, sera épaulé par Daniel Racine, Isabelle Gauvreau, Amélie Couture-Telmosse et Alain Cadieux. Le Prix Vision Globale, le Prix Cinépool, le Prix du meilleur court-métrage international et le Prix spécial du Jury sont en jeu. Ils seront attribués en clôture le 30 novembre.

Danny Gilmore dévoilera lui-même un court métrage, Bec de lièvre, qu’il a écrit et dont il partage la vedette avec sa douce, Hélène Florent.


JOURNALDEQUEBEC.COM

Posté par 3meuu le 25 novembre 2014

ACCUEIL > NOUVELLES

Le menu de longue vue sur le court

Le 24 novembre   |   Article rédigé par PATRICE BERNIER/AGENCE QMI

La première édition du Festival Longue vue sur le court projettera 46 courts métrages du 27 au 30 novembre à la Maison de la culture Marie-Uguay de l’arrondissement du Sud-Ouest, à Montréal.

Vingt-quatre films provenant du Québec pourront être découverts à Longue vue sur le court, qui mettra aussi de l’avant 22 propositions issues de 11 pays.

Porte-parole de l’événement, le comédien Danny Gilmore dévoilera lui-même un court métrage, Bec de lièvre, qu’il a écrit et dont il partage la vedette avec sa douce, Hélène Florent. C’est le cinéaste Louis Bélanger qui l’a réalisé.

Le président du jury, Michel Coulombe, sera épaulé par Daniel Racine, Isabelle Gauvreau, Amélie Couture-Telmosse et Alain Cadieux. Le Prix Vision Globale, le Prix Cinépool, le Prix du meilleur court-métrage international et le Prix spécial du Jury sont en jeu. Ils seront attribués en clôture le 30 novembre.

Danny Gilmore dévoilera lui-même un court métrage, Bec de lièvre, qu’il a écrit et dont il partage la vedette avec sa douce, Hélène Florent.


JOURNALDEMONTREAL.COM

Posté par 3meuu le 25 novembre 2014

ACCUEIL > NOUVELLES

Le menu de longue vue sur le court

Le 24 novembre   |   Article rédigé par PATRICE BERNIER/AGENCE QMI

Danny Gilmore dévoilera lui-même un court métrage, Bec de lièvre, qu'il a écrit et dont il partage la vedette avec sa douce, Hélène Florent. 

La première édition du Festival Longue vue sur le court projettera 46 courts métrages du 27 au 30 novembre à la Maison de la culture Marie-Uguay de l'arrondissement du Sud-Ouest, à Montréal.

Vingt-quatre films provenant du Québec pourront être découverts à Longue vue sur le court, qui mettra aussi de l'avant 22 propositions issues de 11 pays.

Porte-parole de l'événement, le comédien Danny Gilmore dévoilera lui-même un court métrage, Bec de lièvre, qu'il a écrit et dont il partage la vedette avec sa douce, Hélène Florent. C'est le cinéaste Louis Bélanger qui l'a réalisé.

Le président du jury, Michel Coulombe, sera épaulé par Daniel Racine, Isabelle Gauvreau, Amélie Couture-Telmosse et Alain Cadieux. Le Prix Vision Globale, le Prix Cinépool, le Prix du meilleur court-métrage international et le Prix spécial du Jury sont en jeu. Ils seront attribués en clôture le 30 novembre.

Danny Gilmore dévoilera lui-même un court métrage, Bec de lièvre, qu’il a écrit et dont il partage la vedette avec sa douce, Hélène Florent.


CANOE.CA

Posté par 3meuu le 25 novembre 2014

ACCUEIL > NOUVELLES

Le menu de longue vue sur le court

Le 24 novembre   |   Article rédigé par PATRICE BERNIER/AGENCE QMI

Danny Gilmore dévoilera lui-même un court métrage, Bec de lièvre, qu'il a écrit et dont il partage la vedette avec sa douce, Hélène Florent. 

La première édition du Festival Longue vue sur le court projettera 46 courts métrages du 27 au 30 novembre à la Maison de la culture Marie-Uguay de l'arrondissement du Sud-Ouest, à Montréal.

Vingt-quatre films provenant du Québec pourront être découverts à Longue vue sur le court, qui mettra aussi de l'avant 22 propositions issues de 11 pays.

Porte-parole de l'événement, le comédien Danny Gilmore dévoilera lui-même un court métrage, Bec de lièvre, qu'il a écrit et dont il partage la vedette avec sa douce, Hélène Florent. C'est le cinéaste Louis Bélanger qui l'a réalisé.

Le président du jury, Michel Coulombe, sera épaulé par Daniel Racine, Isabelle Gauvreau, Amélie Couture-Telmosse et Alain Cadieux. Le Prix Vision Globale, le Prix Cinépool, le Prix du meilleur court-métrage international et le Prix spécial du Jury sont en jeu. Ils seront attribués en clôture le 30 novembre.

Danny Gilmore dévoilera lui-même un court métrage, Bec de lièvre, qu’il a écrit et dont il partage la vedette avec sa douce, Hélène Florent.


QUIFAITQUOI.COM

Posté par 3meuu le 25 novembre 2014

ACCUEIL > NOUVELLES

Mention de l’événement - Longue vue sur le court : 46 films courts présentés du 27 au 30 novembre

Le 24 novembre   |    Article rédigé par Qui fait Quoi.

La toute première édition du Festival Longue vue sur le court débutera jeudi le 27 novembre, à 17h, à la Maison de la culture Marie-Uguay. Durant le festival, dont le comédien Danny GIlmore est porte parole, 46 films seront présentés (43 en compétition et 3 hors-compétition), dont 24 films québécois et 22 films internationaux provenant de 11 pays.

Festival Longue vue sur le court Photo: Portion de l'affiche